Prévention et Sécurité

Renforçons ensemble la sécurité des vols afin d'accroitre notre plaisir et celui de nos passagers !

Afin de diminuer le nombre d'incidents et d'accidents liés à la pratique de l'aérostation, la Commission Formation intègre trois missions en matière de SECURITE :

  • la prévention,
  • la conformité réglementaire,
  •  la promotion de la sécurité.

La première mission permet, suite à des échanges et des analyses, l'amélioration des procédures lors de la formation initiale et continue des pilotes, lors des meetings…

La deuxième vise à s'assurer que les règlements sont respectés.

La troisième mission vise à porter des messages de nature à développer la culture de la sécurité.

Les fédérations aéronautiques et la DSAC, au sein de l'Instance de Sécurité de l'Aviation de Loisir, ISAL, travaillent à concevoir des campagnes de promotion de la sécurité.

Axes de renforcement de la sécurité

Chacun(e) de nous est concerné(e) :
vieux brûleurs, pilotes débutants, compétiteurs, professionnels, pilotes loisirs…

La Commission Sécurité et Formation vous propose les priorités suivantes :

  • Ballon attaché à un véhicule plus largueur. (quelle que soit la force du vent)
  • Soupaper face à une ligne électrique trop proche.
  • Veilleuses systématiquement éteintes à l'atterrissage.
  • Fermeture des vannes des réservoirs si incendie.
  • Priorité au ballon inférieur. (radio, sifflet)
  • Approche haute.
  • Eviter les rebonds à l'atterrissage.
  • Maintien de la vigilance lors de l'utilisation des appareils électroniques.

REX aérostation (accès adhérents)

Les retours d'expérience - REX -

En parler, ce n'est ni accuser, ni excuser, mais expliquer…

Anonymés, analysés, exploités en formation initiale et continue, les REX permettent

  1. La connaissance des risques,
  2. L'évaluation objective des causes,
  3. L'évolution des procédures,
  4. L'amélioration de nos méthodes de formation.

Consultez la base de données REXFFAérostation :

Base commune à toutes les fédérations aéronautiques - CNFAS -

Il est rappelé que selon le code de l'Aviation Civile Décret n° 99-243 du 29 mars 1999 :
Est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende le fait, pour les personnes qui, de par leurs fonctions, sont appelés à connaître d'un accident ou d'un incident, de ne pas le porter à la connaissance des autorités administratives.